Bilan des 15 premiers jours

Vous savez quoi ? Cela fait aujourd’hui quinze jours que nous sommes partis. & Alors, qu’est ce que ça fait ?

Beaucoup de personnes m’ont parlé du manque de confort. Est-ce que ça n’allait pas être difficile à la longue de ne pas avoir de douche à proximité, de toilettes et d’espace à soi. Est-ce que le manque d’intimité n’allait pas se révéler lourd et fatiguant. Contrairement à ce que l’on aurait pu croire, le plus difficile ne se révéla pas être là. 

En vérité, on s’adapte plutôt bien. Je dirais que plus les jours avancent, et plus cela se révèle simple. En effet, étant peu habitués au véhicule, au début, on se cognait partout et on devait retourner tous les placards pour trouver un pauvre rouleau de papier toilette. Mais à force, au bout de dix jours, les réflexes ont suivi et nous commençons à être bien organisé. Il y a encore une semaine, on mettait deux heures pour redémarrer le van après une escale, on oubliait systématiquement d’ouvrir les rideaux ou de jeter la poubelle accrochée à la portière. Ça nous a valu pas mal de fous rires mais aussi pas mal de bleus pour ma part.

La maladresse dans un espace si petit, ça ne fait hélas pas de cadeau !

DSC00854

Et puis, les jours avancent, et tout devient évident et instantané. On met moins de temps pour démarrer et on pense même à ouvrir tous les rideaux. Pour l’intimité, on trouve d’autres manières de faire. C’est très différent de la vie en appartement. Lorsque l’on s’engueule, on ne peut pas claquer la porte et aller dans la pièce à côté. On prend l’air mais c’est forcément dehors. Alors, à tes risques et périls ! Au moins, tu réfléchis à deux fois avant d’exprimer ton mécontentement lorsqu’il pleut !

En parlant de pluie, on est plutôt gâté. En effet, en ces 15 jours de road trip, nous n’avons eu qu’une seule journée de pluie.

DSC00956

Pour les toilettes, certains d’entre vous doivent se rappeler que nous avons acheté des toilettes chimiques. Mais cela était vraiment au cas où et d’ailleurs, on ne s’en est toujours pas servi. Nous avons eu la chance de nous poser dans des villes qui étaient équipés de toilettes publics et pour la plupart propres. Il faut dire que nous étions dans une région plutôt touristique et cela ne doit pas être le cas partout. Quant aux douches, on se débrouille un peu comme on peut. Et puis, quand cela n’est pas possible, on se débrouille avec des lingettes, un gant de toilette et du savon.

Finalement, je dirais donc que pour le moment, le plus difficile a été la période d’acclimatation. Les premiers jours : lorsque le van était en bazar et que l’on galérait pour trouver le moindre objet. En dehors de cela, je n’ai à ce stade rien à redire sur quoi que ce soit. La vie de nomade, c’est vraiment chouette. Découvrir des nouveaux paysages tous les jours à son réveil et ne pas se sentir obligé de rester dans un endroit qui ne nous plaît pas. Visiter des lieux uniques, rencontrer des gens fascinants et découvrir d’autres manières de travailler. 

C’est juste que du bonheur !

Découvrez ci-dessous la vidéo réalisée par Frame Picture durant l’aménagement de Napo ! 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s